« Chaque joueur connaît son rôle, voilà la grosse qualité de cette équipe. »

Alors oui, nous ne sommes qu’à 1/3 de la saison, mais nous avons profité de la trêve de Noël pour rencontrer le coach Germain Castano et faire le point sur le début de saison de son équipe.

Il y a forcément beaucoup de satisfaction vous allez le voir mais aussi quelques éléments à charge de progression.

Coach, 11 matchs, 9 victoires, vous attendiez-vous à cela ?

« Cela serait prétentieux de dire que je m’attendais à cela en sachant que nos matchs de préparation ont été poussif ! Alors oui nous n’étions pas au complet en pré-saison et on a senti qu’on montait en puissance quand on a récupéré nos blessés mais faire 9 victoires en 11 matchs ce n’est pas inespéré mais c’est très positif.
Je ne m’y attendais donc pas mais je ne suis pas non plus surpris si je peux me permettre. »

Comment l’expliquer ce début de saison ?

« Parfois la mayonnaise prend et tu n’arrives pas à l’expliquer, parfois c’est l’inverse, ça ne prend pas et tu ne sais pas pourquoi…
Je pense que le style de jeu qu’on propose correspond parfaitement au style d’équipe que l’on a construit.
Un garçon comme Corosine qui revenait de 2 années un peu difficiles avait besoin de confiance et de temps de jeu. Pour Mendy c’est un peu la même chose. Ensuite Sim est un joueur qui a besoin de liberté, Goulbourne a lui besoin d’espace, et Sheehey a besoin de courir… !
J’aimerais que l’on défende un peu plus mais quand tu as un style de jeu comme le nôtre je ne veux pas non plus être trop exigeant !

Pour conclure sur la question, j’explique donc ce début de saison par le fait que les mecs s’entendent bien sur le terrain et le jeu s’en ressent. »

« Ce qu’a fait Lance (Goulbourne), je n’avais encore jamais vu cela en 25 ans que je suis dans ce milieu ! »

Et puis le groupe semble vivre parfaitement ensemble en dehors du terrain également non ?

« Ca c’est une chance ! Honnêtement, nous, le staff technique, on n’a pas fait des choses fabuleuses en dehors du terrain pour arriver à cela, c’est vraiment eux qui provoquent tout ce qui se passe !

Je pense qu’il y a un fédérateur dans cela, même s’il n’est pas le seul, qui s’appelle Ferdinand Prénom. Il aime bien être entouré, et c’est pour ça qu’il a été élu co-capitaine avec Xavier Corosine.
Dans l’ensemble nos joueurs sont curieux de se connaître les uns et les autres et je suis par exemple très surpris de l’état d’esprit de nos 3 américains qui ne sont pas du tout des joueurs individualistes, ils aiment partager.
Et puis il y a des détails qui nous montrent que tout se passe bien : Ferdinand (Prénom) qui invite tous ses coéquipiers ainsi que les coachs pour son anniversaire ou Lance (Goulbourne) qui fait un cadeau à tous ses coéquipiers et le staff technique le jour de Nöel… Je n’avais encore jamais vu cela en 25 ans que je suis dans ce milieu ! »

Au-delà des résultats et du bon vivre, on retrouve chez tes joueurs des valeurs de combats et du spectacle, choses qui font l’ADN de notre club et que l’on avait quelques peu perdues l’an dernier….Cela aussi c’est une satisfaction je suppose !

« On l’avait même complètement perdu, on peut le dire ! À partir du moment où tu te moques du maillot que tu portes sur le dos c’est difficile…(cf : Saison 2014-2015)
Cette année, les joueurs ont beaucoup de respect pour le club qui les a engagé, que ça soit les Américains ou même les jeunes ainsi que les plus anciens joueurs français de l’effectif…
Ils ont compris que, au SOMB, la valeur du maillot est importante, que les gens sont très à cheval sur les valeurs du collectif, du don de soi-même et dans le fait de mouiller le maillot. »

On peut voir, si on se réfère aux statistiques, qu’un quatuor, un « big four » se dégage avec Prénom – Goulbourne – Sim et Corosine !

« Je n’aime pas parler d’individualité mais je peux faire une exception…Ce n’est pas que ne n’aime pas en parler en réalité mais c’est qu’il faut savoir que, ces 4 joueurs là ne peuvent pas exister sans les 6 autres ! Et la grosse qualité de cette équipe est que les 6 autres ça ne les dérange pas de voir ces 4 garçons là être dans la lumière.
Pour exemple, Mendy, qui est bon et qui va encore monter, n’a pas besoin d’être dans la lumière pour être heureux !
Autre exemple avec Sheehey puisque ce n’est pas simple d’être dans l’ombre de ses 2 coéquipiers américains.
Mais dans toutes les équipes du monde il y a une hiérarchie…dans la nôtre c’est celle-là et je pense que ça sera comme cela jusque la fin de saison même s’il y aura des cartons d’untel ou d’untel comme Wallez qui mettra un jour 20 points, Mendy aussi…Ce qu’a déjà fait Rozenfeld d’ailleurs. »

« Rozenfeld nous a fait des bons matchs mais il faut qu’il soit un peu plus consistant. »

Si tout se passe plutôt bien pour le moment, tu as quand même eu l’occasion de stigmatiser parfois le non-rendement de tes joueurs du banc…si l’on veut rester tout en haut du classement il va, je suppose, falloir que tous les joueurs soit au diapason…

« Je peux faire au cas par cas ! Binvignat c’est le 10ème joueur, celui qui aura le moins de minutes mais qui progresse de jour en jour donc dès que j’aurais l’occasion de le récompenser je le ferais car il le mérite.

Biog c’est notre dernière rotation sur les postes intérieurs. Il est là pour prendre des rebonds et défendre dur et, quand il rentre sur le terrain, parfois, il fait des fautes stupides qui m’oblige à le sortir donc c’est là qu’il doit progresser.
Rozenfeld nous a fait des bons matchs mais il faut qu’il soit un peu plus consistant. À l’heure d’aujourd’hui, c’est soit il est transparent ou soit il fait un excellent match. Il faut qu’il élève son « petit match » c’est-à-dire que, même dans un jour où il est moins bien, il doit mettre l’équipe sur les bons rails.
Enfin, un joueur dont je suis sûr qu’il va monter c’est Antoine Wallez. C’est un garçon qui a eu un gros problème de confiance et d’adaptation puisque de passer d’espoirs à professionnel ce n’est pas simple, on devient un homme. Mais je ne me fais pas de soucis pour lui car on fait en sorte de bien l’entourer ! On s’en occupe.
Quand ces 4 garçons vont être mieux, l’équipe va grandir encore plus. »

Si on s’attarde un peu maintenant sur le calendrier on peut voir qu’il y aura 7 semaines où 2 matchs se joueront à moins de 4 jours d’intervalle…Cela te fait peur ?

« On en revient ici à ce que je disais avant ! Si le banc ne monte pas alors là oui on peut être en difficulté.
Avant de penser à plus tard je pense aux 3 prochaines rencontres en une semaine. Cela va être des échéances très importantes ! Le 2ème match dépendra du 1er et pareil pour le 3ème qui dépendra du 2ème..
J’espère avoir la chance de pouvoir faire tourner un peu plus que ce que j’ai pu faire sur la 1ère partie de saison et, si ce n’est pas le cas, que l’on continue à tirer autant sur les cadres, je ne suis plus certain qu’on soit encore sur le podium. »

On a un calendrier pas simple pour la reprise avec les réceptions des cadors de ce championnat (Bourg-En-Bresse le 16 Janvier et Hyères-Toulon le 30 Janvier) ça serait bien de les prendre ces 2 matchs…

« Ca va être 2 vrais tests en effet mais je suis sûr qu’au niveau de la motivation, au niveau de l’état d’esprit on sera présent parce qu’aujourd’hui on est dans la même cour de récréation qu’eux.
Je ne veux pas non plus sous-estimer les 2 déplacements à Orchies et à St chamond. C’est ce que je vais dire aux joueurs : si tu perds à Orchies, le match face à Bourg-En-Bresse perd un peu d’intérêt..
On fera le bilan dans 5 matchs, après la rencontre face à Provence Basket.

Si on fait 5 sur 5 on fera une saison extraordinaire.

Si on fait 4 sur 5 on sera dans le haut de tableau.

Si on fait 3 sur 5 on peut vite rentrer dans le rang. »

Le public qui est derrière nous…et pas qu’à domicile…Ça aussi c’est une satisfaction

« C’est une bonne nouvelle ! En plus on a eu la chance de les récompenser sur chacun des déplacements qu’ils ont fait…Je pense à Charleville-Mézières, à Denain, à Evreux et à St Quentin donc c’est super !
Il y aura encore 2 bus mardi à Orchies donc on sait qu’on sera pas seul et ça peut nous être que bénéfique car cette équipe d’Orchies il va falloir sans méfier comme de la peste puisqu’on sait qu’une victoire à l’extérieur pour recommencer nous ferait beaucoup de bien. »

Pour terminer, Xavier Corosine nous disait qu’il se sent comme dans sa 1ère année avec Nanterre, année où il termine champion ! Et toi ?

« Déjà d’entendre Xavier dire cela c’est tant mieux pour nous et c’est de bon augure car cela veut dire qu’il se sent bien chez nous donc j’en suis heureux.

Je n’aime pas comparer mais c’est vrai qu’on y prend autant de plaisir que l’année du titre en Pro B…Je me rappelle l’année où on a été champion, avant même de parler du résultat final, de ce titre, on prenait du plaisir quasiment tous les jours avec les joueurs.
À ce niveau là c’est similaire avec des mecs qui aiment bien travailler, qui demandent beaucoup d’entraînement individuel et qui sont dans un état d’esprit remarquable et en plus on arrive à gagner. C’est rafraichissant.
C’est sûr qu’il y a des similitudes mais je n’ose même pas penser au résultat final car on est très loin et on a pas le banc de cette année là où on avait 11 joueurs. »

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. DEHESMOND Catherine et Pascal dit :

    Tout cela augure encore de sacrées soirées, (hé oui Jean-Pierre !) et sachez que l’on aime ça, quel bel esprit sportif et humain, rien de mieux, merci à vous tous, coachs, joueurs, staff ! VIVA SOMB !!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *