« Que le meilleur gagne » Arthur Rozenfeld

Il était la saison passée un des chouchous du public ! Joueur au jeu spectaculaire, personnage attachant, ce jeune vrai talent du basket français a fait le choix de s’envoler après une saison au SOMB. Bien lui en a pris puisqu’il vient tout juste d’être nommé « meilleur progression de cette première partie de saison » par le site spécialisé BeBasket. Épanoui dans sa nouvelle équipe, Arthur Rozenfeld a hâte d’être à dimanche et de disputer cette finale face à son ancien club.

Nous lui avons passé un coup de téléphone pour prendre de ses nouvelles.

Première question toute simple Arthur, comment vas-tu ?!

« Ça va bien ! Nous sommes aujourd’hui à la 8ème place au classement avec Roanne. On est vite bien parti dans ce championnat avant de connaître une période plus compliquée entre le mois de Décembre et début Janvier. Ces dernières semaines cela va beaucoup mieux. On a su retrouver notre état d’esprit, on met de la dureté et de l’intensité dans notre jeu. on a vraiment besoin de cela pour bien figurer car nous ne sommes pas, à la base, une équipe bâtie pour le combat physique. Par contre, nous avons selon moi une longueur d’avance sur le plan technique par rapport aux autres équipes. Il nous a donc fallu s’adapter à la Pro B qui, justement, est un championnat très exigeant du point de vue de la densité physique. »

Tu es donc heureux de ton choix d’avoir rejoint la Chorale si je comprends bien !

« Oui ! De toutes les façons, dès que Laurent (Pluvy, entraîneur de Roanne) m’a appelé, je savais qu’il y avait une belle opportunité pour moi là-bas. Un club comme la Chorale de Roanne qui propose à un français de 21 ans de signer pour être meneur titulaire en Pro B, ça ne se refuse pas. Après, le coaching de Laurent Pluvy ressemble beaucoup à celui de Germain Castano dans le sens où il y a beaucoup de liberté dans le jeu et cela me convient. C’était aussi un choix géographique puisque je me rapprochais ainsi de chez moi (Arthur est originaire de Lyon). C’est une vraie étape dans ma carrière que d’avoir faire ce choix. »

Préfères-tu la vie à Roanne ou à Boulogne ?

« C’est différent. Cela se ressemble, Roanne n’est pas non plus une très grande ville. Il n’y a pas la mer. Et… bien que les gens sont très gentils aussi à Roanne, à Boulogne c’est spécial de ce point de vue là ! Je reste malgré tout plus habitué à une vie ici, dans ma région. »

Pourquoi ne pas être resté au SOMB une saison supplémentaire ?

Cela aurait pu se faire, c’est vrai ! Je voulais être premier meneur dans une équipe, j’ai fait part de mon choix à Olivier et à Germain et, dans leur idée, j’aurais dû partager le poste avec un américain. J’ai fait le choix de partir ailleurs pour trouver ce que je voulais. J’ai vu aussi récemment le départ de Germain…Cela m’a touché car je connais le personnage et c’est un homme qui se donne toujours à fond. On se donne encore fréquemment des nouvelles. Il a fait beaucoup pour le club et on a beaucoup travaillé ensemble. Attention, je ne critique pas du tout le choix du club mais je vous réponds juste que cela m’a forcément touché.

Parlons de la LeadersCup, c’était un objectif pour ton club en début de saison ?

« Non, on la percevait plus comme une période de préparation ! On utilisait ces matchs pour se créer un collectif, mettre en place des choses. Ensuite, logiquement, avec les victoires qui s’accumulaient, on s’est dit « pourquoi pas ! ». La LeadersCup permet de mettre en valeur le club et puis on a quand même beaucoup donné pour arriver en finale en enchaînant la semaine avec le championnat. L’enjeu est là aussi ! Il y a un trophée au bout et une place en playoffs à aller chercher…Ce n’est pas rien. »

Vous êtes une équipe surprenante ! Capable de faire de grosses performances comme ce week-end face à Evreux (Victoire 95-65)…

« Cela dépend de l’agressivité défensive que l’on met dans nos matchs ! C’est ce qui nous permettait en début de saison de faire des gros écarts. Notre agressivité nous permet de mettre du jeu rapide, de jouer en transition et, en début de saison, nous étions du coup un véritable rouleur compresseur ! Je n’ai pas d’inquiétude pour notre attaque mais il faut que l’on reste agressif durant 40 minutes en défense. »

À l’aller, vous vous étiez imposé face à nous (Le 25/11/16, défaite 71-61). Que penses-tu de l’équipe du SOMB cette saison ?

« Je retiens du match aller que le coach se méfiait de votre équipe, qu’il disait déjà à l’époque que vous n’étiez pas à votre place. Je suis le premier à penser la même chose encore aujourd’hui…La deuxième partie de saison ne fait que commencer et il peut se passer pleins de choses… Tu gagnes 2 victoires de suite et tu es tout de suite tout en haut…Comparé à la saison passée, il y a une vraie densité physique, c’est dur sur l’homme et ça défend plutôt bien collectivement aussi ! Athlétiquement parlant c’est fort et il y a quelques joueurs avec un gros talent comme Gipson, Duren et Paumier. Je pense que ça sera une vraie belle finale ! »

Un mot pour nos supporters ?

« Je vais être super content de les retrouver à Disney mais aussi et surtout à Damrémont le 15 Avril à l’occasion du match retour. Que le meilleur gagne pour cette finale mais cela va être en tout cas une belle fête. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *